Types de calvitie quelles sont les différentes formes de calvitie

Types de calvitie : quelles sont les différentes formes de calvitie ?

La calvitie est une anomalie entrainant la perte de cheveux. Elle est plus régulière chez les hommes que chez les femmes et ses symptômes sont nombreux.

En effet, pendant que seulement 20 % des femmes atteintes de ménopause y sont exposées, plus de la moitié des hommes âgés de 50 ans, et plus en souffrent. Il existe plusieurs types de calvitie les unes plus prononcées que les autres. En savoir plus dans la suite de cet article.

A lire également : Quels sont les compléments alimentaires dangereux pour la santé ?

L’effluvium télogène

L’effluvium télogène est une forme d’alopécie grave entrainant une chute massive et soudaine de cheveux sur tout le cuir chevelu. Plus fréquent chez les gemmes que chez les hommes, l’effluvim télogène survient chez la femme suite à l’accouchement, à l’arrêt de pilules, après une fausse-couche ou à la suite d’un stress aigu.

Il s’identifie par une perte totale de touffes de cheveux en un bref intervalle de temps. La particularité de ce type de calvitie est qu’il n’est question que d’un phénomène passager qui se normalise de nouveau en très peu de temps ; entre deux et quatre mois. Il existe des traitements médicaux qui y sont adaptés. Cependant, l’idéal est d’associer ces traitements à une consultation chez le psychologue et de procéder à un rééquilibrage nutritionnel.

Lire également : Quelles sont les motivations pour travailler en crèche ?

L’alopécie androgénétique

L’alopécie androgénétique est un dérèglement qui entraîne chez l’homme une perte progressive des cheveux au niveau du vertex, de la tonsure, des golfes et de la ligne frontale. Le reste de la chevelure est certes épargnée, mais cette forme d’alopécie peut demeurer pendant toute la durée de vie du patient.

Calvitie

L’alopécie androgénétique chez la femme s’explique d’une part, par une prédisposition génétique et d’autre part, par la non-neutralisation des hormones mâles par l’organisme. Ce dysfonctionnement cause plus tard une hyperséborrhée empêchant l’irrigation fluide et normale des racines.

Pour atténuer l’évolution de l’alopécie androgénétique, le patient a la possibilité de suivre un traitement capillaire médical au PRP, une mésothérapie ou une luminothérapie. Il peut éventuellement redensifier définitivement les zones dégarnies grâce à la dermopigmentation ou la pause d’une greffe capillaire.

La pelade

La pelade est une forme de calvitie très sévère. C’est une maladie auto-immune qui entraîne la disparition des cheveux des zones les plus importantes du cuir chevelu pendant seulement quelques heures. Chez la majorité des patients, la repousse s’effectue entre 6 ou 12 mois. Cependant, chez les autres, la repousse peut mettre de longues années. Ses facteurs déclencheurs sont notamment le stress aigu, un subit changement hormonal et parfois la traction d’un virus. Malheureusement, il n’existe pas de traitement précis contre la pelade.

À moins de patienter dans l’espoir que ses cheveux repoussent à temps, les patients sont soumis au traitement à base de triamcinole, du Minoxydil et des dermocorticoïdes, l’acétonide de triamcinole. Toutefois, une prise en charge psychologique est de rigueur également.

La calvitie telle qu’on la connaît existe sous différentes formes. Chaque type de calvitie à sa particularité et nécessite de ce fait un traitement particulier. Hormis les formes déjà mentionnées, on distingue entre autres l’alopécie de traction ou l’alopécie de chignon, l’alopécie cicatricielle et la trichotillomanie.