Kate Moss : poids, taille, IMC, mensurations du mannequin

Je ne m’attarerai pas sur les retombées de la petite bête qui a fait le buzz tout à l’heure. Entre bravos et insultes (que nous avons modérés, nous ne devrions pas tomber dans le forum des trolls), nous avons tout eu. Pour un article modeste qui visait essentiellement les rires.

Je vous passe tous les commentaires disant qu’un blog de beauté ne devrait pas se permettre de critiquer les modèles alors qu’on parle de peinture. Parce que évidemment, si tu es jolie, tu n’as pas besoin d’avoir une opinion. Logique.

A découvrir également : Cara Delevingne : poids, taille, IMC, mensurations du mannequin

Cependant, je m’excuse auprès des gens maigres qui se sont sentis couverts par le terme anorexique.

Je voudrais juste souligner que si l’article était un tel dérangement, c’est parce que nous avons tous un problème avec l’image diffusée par les médias.

A voir aussi : Le régime Natman

Développement de petites images…

Je ne savais pas cette fois-ci. D’un autre côté, j’étais adolescente dans ces années :

Cindy, on l’aimait tous.

Et tu sais quoi ? Aujourd’hui, quand je la regarde, je la trouve « trop ronde ». Celui qui était pour mes 15 ans l’image de la femme idéale, je la trouve presque grosse.

Parce que depuis, j’ai été trahi par autre chose.

Quand elle est arrivée :

Je me souviens de ses premières apparitions. Tout le monde a convenu qu’elle était trop mince. Nulle part nous avons vu ce corps sortir de l’adolescence de l’enfance. N’oublions pas qu’il a commencé sa carrière quand il avait 14 ans. Un corps que peu de femmes conservent à l’âge adulte.

Aujourd’hui, je le trouve magnifique. Mais je ne lui ressemblerai jamais.J’ai des hanches, des seins, des bras, des cuisses. Je peux danser sur ma tête, à moins que je sois rabotée partout, je n’aurai plus jamais le corps que j’avais 12 ans.

Donc non, je n’écloque pas le maigre. Mais nous devons arrêter de mentir : ce ne sont plus la majorité des poussins obèses, que je ne critique plus, mais qui ne voient pas leur corps comme modèle, mis dans la rue ou dispersés dans des magazines.

Non, les vrais tours ne sont pas dans les magazines. Ils ont eu leur heure de gloire à l’époque de Rubbens, quand les gens maigres devaient souffrir de cette image. Sauf que les peintures de Rubbens n’ont pas été trouvées partout dans les maisons.

Non, les vrais tours ne sont pas dans les magazines. Pire, il y a une tendance croissante à rationaliser l’image de la femme idéale. Parce que les modèles maigres sont une meilleure valeur, on me dit. Génial.

Voici comment les vêtements sontmis en évidence aujourd’hui :

Donc, pour tous les maigre « naturel », sachez qu’ici je ne critique pas VOTRE corps. Je déplore qu’il soit devenu LE modèle. Que dans la tête de toutes les filles que j’ai en classe, faire une taille 32 est un idéal.

Parce que combien d’entre nous seront si naturellement ?

Pour ceux qui naissent de cette façon, c’est parfois complexe. Et c’est tout aussi triste. Mais pour la plupart nés seulement « normal » ou rond, pour les tailles 38, 40, 44 ou 50, c’est un pari impossible.

Combien de fois ai-je entendu une fille de 14 ans en pause dire qu’elle ne mangerait pas parce qu’elle était grosse ? Je ne les compte plus. Ils essaient, contre la nature, de préserver le corps de l’adolescent que seulement 2 ou 3% d’entre eux seront en mesure de maintenir.

Ma soeur a 46 livreset je l’entends souvent se plaindre de ses cuisses… Je suis une taille 38 et me considère comme « luxuriante »…

La plupart des modèles qui nous sont présentés se nourrissent de coton et de jus d’orange. Bien sûr, ils sont déjà très minces…

Les blogs « pro-ana » fleurissent par milliers… toute une génération soutenant ouvertement l’anorexie…

Pro-Ana, tu ne sais pas ? C’est une sorte de mouvement des filles à partir de l’âge de 12 ans. Ils dirigent des blogs soutenant l’anorexie… exemples ?

Ils font des règles…

En bref, contrairement à ce qu’a dit un lecteur dans l’article de Zara, non, les parents ne sont pas nécessairement là pourcontrebalancer l’annonce.

Chaque jour, nous mentons à ces enfants et leur faisons croire que la beauté est nécessairement plus mue. La minceur qu’ils n’atteindront jamais à moins qu’ils n’y soient génétiquement condamnés ou mettent en danger leur santé.

Donc non, ça ne me dérangerait pas de voir des gens maigres dans les magazines s’il y avait des minces, ronds et obèses. Que chacun ait droit à son moment de reconnaissance.

Tous les maigre ne sont pas anorexiques. Mais érigé comme des icônes, ils mènent, involontairement (et ici je remercie le sacro-saint marketing qui est vraiment responsable), des générations entières à remettre en question leur propre image.

Un lecteur nous a dit que nous ne savons rien à ce sujet parce que ces marques font d’excellents chiffres de vente… auxquels je viens de répondre. Quelle inconscience ! Pourquoi le chiffre d’affaires tourne, vous devriezdire amen ?

Un autre dit : « Où le pub va bien. » Super : il y a tellement de publicités mettant en vedette des femmes régulières que tout le monde peut encore citer la marque des années après sa sortie…

Non, la femme normale, mesdames et messieurs, c’est vous :

Et j’aimerais que cette femme soit dans les catalogues.

Bien que « le vêtement tombe pire. »

Bien sûr, cet article ne fera pas de buzz. Et franchement, c’est malheureux.

****11