Comment savoir si on fait de l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un mal qui touche de nombreuses personnes. Il est dû à plusieurs facteurs comme l’obésité, des anomalies anatomiques ou encore à une consommation abusive de tabac, alcool ou aliments riches. Si vous êtes atteint par cette affection, plusieurs signes peuvent vous permettre de comprendre de quoi vous souffrez.

Les symptômes qui se manifestent la nuit

L’apnée du sommeil se manifeste par un certain nombre de symptômes pendant la nuit. La plupart de ces signes sont remarqués par les proches de l’individu souffrant. Il s’agit en premier de ronflements sévères et extrêmement gênants pour l’entourage. Bien que ce symptôme n’apparaisse pas chez tous les patients, il s’observe dans la majeure partie des cas. Les pauses respiratoires et une respiration haletante (pendant que vous dormez) sont aussi des signes que vous souffrez d’apnée.

A lire en complément : Comment maintenir l’harmonie de l’énergie à l’intérieur du corps ?

Il en est de même pour des réveils nocturnes, accompagnés parfois d’une sensation d’étouffement. De même, des nuits très agitées avec des micro-réveils et quelques fois de l’insomnie révèlent clairement que l’individu fait de l’apnée. C’est pareil si vous faites à répétition des cauchemars sur une mort imminente, une chute ou encore une asphyxie. Notez que certaines personnes faisant de l’apnée pendant qu’ils dorment ressentent à plusieurs reprises le besoin d’uriner la nuit.

Quelques signes révélateurs de l’apnée pendant la journée

L’apnée ne se manifeste pas que pendant que vous dormez, il est aussi possible de remarquer quelques signes en journée. En effet, très souvent, ceux qui sont victimes de cette affection souffrent également de somnolence diurne. Bien entendu, cette dernière peut avoir d’autres explications. Cependant, si aucun autre problème n’explique vos somnolences, soyez certain qu’il s’agit d’une conséquence de l’apnée. Il est possible que ce problème soit léger ou bien plus grave. Dans le premier cas, la somnolence se remarque au cours de certaines activités comme une lecture ou pendant que vous participez à une réunion ou quand vous suivez la télévision.

A découvrir également : Quel traitement pour la gastro ?

Dans le cas d’une somnolence grave, le patient peut s’endormir de façon involontaire pendant qu’il est au volant d’une voiture, lors d’une réunion ou pendant un repas.

Par ailleurs, une grande fatigue en journée indique que vous faites de l’apnée quand vous dormez. C’est également le cas pour des problèmes de mémorisation ou de concentration. Le stress et autres troubles d’humeur représentent aussi des signes de l’apnée. Certains individus dans le cas remarquent un mal de tête important en matinée (généralement au réveil).

En dehors de tous ces troubles énumérés, il n’est pas impossible que la maladie provoque chez vous, un trouble de l’érection ou de libido.

Diagnostic de l’affection

Si vous remarquez des signes de l’apnée du sommeil, seul un diagnostic vous permettra d’en avoir le cœur net. Cela se fait en deux étapes.

Consultation médicale

Pendant la consultation, vous devez révéler à médecin, l’ensemble des symptômes que vous remarquez ainsi que ceux observés par vos proches. Il est possible qu’il vous demande d’avoir un agenda de sommeil qui vous permettra de noter les différentes heures de la nuit ou les troubles qui surviennent.

L’expert a à sa portée différentes échelles d’appréciation dont il se sert pour effectuer le diagnostic. Vous devez ensuite procéder à un examen otorhinolaryngologique (ORL) dont le but est de détecter un éventuel problème au niveau des voies aériennes (amygdales volumineuses, mandibule trop petite, nez bouché, etc.). L’indice de masse corporelle et la pression artérielle sont vérifiés pour déterminer un éventuel surpoids ou hypertension artérielle.

Bilan du sommeil

Si, suite à la consultation médicale, le docteur suspecte l’apnée, un avis médical (spécialisé) peut être demandé. Il en est de même pour des examens complémentaires tels que le bilan du sommeil qui implique le recours à différentes techniques. La polygraphie ventilatoire qui représente l’une de ces techniques permet de connaître le débit d’air que l’individu respire pendant qu’il dort. Cette technique permet également d’analyser les mouvements respiratoires du patient ainsi que l’électrocardiogramme.

La polysomnographie représente un examen beaucoup plus complet qui consiste à suivre le patient tout au long de la nuit. Le but reste d’analyser plusieurs paramètres dans l’optique de déterminer d’éventuelles anomalies. La polysomnographie permet d’étudier l’activité cérébrale, musculaire (des jambes et du menton) et les mouvements oculaires.