Pourquoi la cicatrice reste gonflé ?

A lire aussi : Quels sont les boissons à éviter pendant la grossesse ?

  • Qu’ est-ce qu’une cicatrice ?
  • Comment est le développement d’une cicatrice ?
  • Traitement d’une cicatrice
    • Quelle cicatrice ?
    • Principes
  • Quelles précautions pour une cicatrice ?
  • La cicatrice reste un mystère
  • Vous le saviez ?
  • Cicatrices lors d’un lifting

Qu’ est-ce qu’une cicatrice ?

Les cicatrices sont inévitables, finales et indélébiles.

Sauf si elle est très superficielle, toute plaie, brûlure, incision chirurgicale, infection, lésion qui détruit le derme laissera une cicatrice finale et indélébile.

A lire aussi : Comment éviter les fausses couches en début de grossesse ?

Même la chirurgie plastique laisse des cicatrices, et il est actuellement impossible de disparaître une cicatrice, y compris la chirurgie laser ou plastique. Mais parfois, il est possible d’améliorer l’apparence d’une cicatrice.

Quel est le développement d’une cicatrice ?

La cicatrisation des plaies est un processus qui se développe sur plusieurs mois.

Avant de pouvoir évaluer l’apparition finale d’une cicatrice du tout et la considérer stable, il est nécessaire d’attendre de 6 à 36 mois, selon le cas, puisque la guérison de la peau est un processus évolutif et long.

Il se développe pour l’observateur stéréotypé pendant plusieurs mois :

  • immédiatement après avoir enlevé les fils, la cicatrice est généralement belle, fine et linéaire.
  • Mais dans les 4 à 8 semaines, il devient progressivement dur, rouge, légèrement bulle et accompagné de démangeaisons. Cette phase initiale « hyperplasique » parfaitement normale passe par un maximum d’intensité variable, environ dans le premier ou le deuxième mois.
  • Ce n’est qu’après ce temps qu’il commence à blanchir, ne pas démanger, aplatir et adoucir, afin d’augmenter progressivement son aspect final et stable après environ un an (parfois plus, parfois moins). reçu.
  • L’ évolution se termine ensuite par une cicatrice définitive et indélébile, plus ou moins discrète, généralement flexible, blanche, insensible et indolore. Il n’y a jamais de cheveux ou de glandes sudoripares dans une cicatrice.

Après tout, la nature prend son temps et vous devez avoir la patience d’attendre le résultat, car elle améliore généralement beaucoup les choses. À ce jour, aucune crème, pommade, produit, processus a prouvé des preuves scientifiques de son efficacité dans l’accélération du processus de guérison ou l’amélioration de l’apparence d’une cicatrice.

Traitement d’une cicatrice

Le but de la restauration chirurgicale de la cicatrice à Paris est de remplacer une cicatrice « maligne » (due à un défaut, comme une anomalie) par une nouvelle cicatrice, qui est moins embarrassante et discrète espoir.

Dans la plupart des cas, selon leur développement naturel (6 mois à 2 ans) ne peut être traitée cicatrices stabilisées.

Quelle cicatrice ?

En outre, une tentative de correction chirurgicale n’est légale que dans les cas suivants :

  • cicatrices rétractiles : très déchaînés et « enroulés », ne disparaissent pas, très disgracieux et peuvent parfois même limiter certains mouvements,
  • Cicatrices ulcérées : leur fragilité conduit à des « abrasions » superficielles fréquentes, qui deviennent permanentes, approfondissent et aggravent
  • Cicatrices instables : très âgées ou après radiothérapie, elles présentent un risque de dégénérescence maligne,
  • Cicatrices chéloïdes : inflammatoires, douloureuses, rouges, agrandies et particulièrement enflées « gaufré ». Leur traitement est très délicat et est sujet à de fréquentes rechutes,
  • Cicatrices disgracieuses : larges, colorées, irrégulières, équilibrées, coulées, collage…

Il convient de noter que le traitement d’une cicatrice normale, mais simplement agrandie (cas commun) est très aléatoire, car l’augmentation de la taille est souvent due à un trouble de guérison propre du patient et est indépendante de la technique chirurgicale.

Principes

Dans les cas les plus simples, il suffit d’exciter la cicatrice défectueuse et de la fermer avec une technique de suture parfaite pour obtenir une nouvelle cicatrice plus discrète grâce à un chirurgien plasticien qualifié à Paris.

Pour les cicatrices très étendues, plusieurs techniques peuvent être utilisées seules ou en combinaison :

  • Plusieurs fois l’excision afin que la peau puisse se déplacer entre deux temps de fonctionnement (principe appelé « effort itératif »)
  • Transplantation cutanée d’une autre région
  • Plastique local, avec déplacement d’un lobe de la peau environnante, il s’agit donc de la zone de cicatrice
  • expansion de la peau grâce à des ballons gonflables placés sous la peau saine environnante et faire disparaître son gonflement (sur plusieurs semaines), d’utiliser l’excès de peau obtenue lors de l’enlèvement des ballons pour couvrir la zone cicatrice. Encore une fois, votre chirurgien de Boulogne vous expliquera quelle solution convient le mieux à votre cas personnel .

Quelles précautions pour une cicatrice ?

La cicatrisation des plaies doit être protégée du soleil.

Que la cicatrice soit une suture ou est le résultat du développement spontané d’une plaie, elle doit être protégée du soleil tout au long de son développement, c’est-à-dire tant qu’elle est rouge ou rose, qui, selon le cas, peut durer de 6 mois à 3 ans.

Après tout, une cicatrice fraîche peut bronzer ; et si elle est en bronze, sa pigmentation sera finale (« dyschromie »), qui sur une peau qui s’est distanciée, est disgracieuse.

La protection solaire doit donc être assurée par tous les moyens possibles :

  • éviter l’exposition au soleil,
  • porter des vêtements (ou un chapeau) qui recouvre la cicatrice,
  • et au lieu de cacher la cicatrice avec un bandage, en cas d’exposition directe inévitable, couvrez-la avec un écran complet de crème solaire. Renouvelez cette crème toutes les 2 heures.

La cicatrice reste un mystère

En fait, l’apparition finale d’une cicatrice est complètement imprévisible.

Le seul paramètre contrôlé par le chirurgien à Paris est la méthode de suture, qui s’efforce évidemment de laisser le moins de traces possible. Cependant, la cicatrice, qui ne peut être évaluée définitivement qu’après 6 à 36 mois, résulte de plusieurs facteurs incontrôlables.

Normalement, certaines zones du corps guérissent très discrètement, laissant des traces très fines. C’est souvent le cas avec les paupières et les joues. Dans d’autres parties du corps, comme le dos ou les genoux, il y a une tension considérable de la peau pendant les mouvements, et les cicatrices sont souvent très larges, malgré toutes les précautions lors de la suture. En général, quelle que soit la région du corps et sans complications, il est très fréquent d’observer des zones minces sur la même cicatrice, qui alternent incompréhensiblement avec des zones plus ou moins agrandies ou ballonnements.

Cette incertitude quant au résultat esthétique d’une cicatrice persiste pour toute intervention. En particulier, si une cicatrice disgracieuse est reprise pour améliorer son apparence, le résultat final de la procédure est également incertain. Même s’il n’y a pas de complications, malheureusement, il est possible que la cicatrice finale soit aussi visible que la cicatrice initiale…

Si la cicatrice est anormalement en forme de bulle, il sera cicatrice « hypertrophique » et appelée cicatrice « chéloïde ». La première est de s’améliorer très lentement mais sûrement. La seconde n’a pas de tendance spontanée à s’améliorer. Dans les deux cas, parlez à votre chirurgien parisien.

Vous le saviez ?

Les microbes trouvés dans une plaie dans la grande majorité des cas proviennent du patient lui-même, pas de l’environnement externe.

  • Non seulement est-il normal de trouver ces microbes dans une plaie, mais le bandage n’a pas non plus le but habituel de les préparer disparaît.
  • Les antiseptiques n’ont aucun avantage prouvé dans une plaie et peuvent même être nocifs. L’eau du robinet est certainement suffisante pour nettoyer une plaie.
  • Une douche quotidienne avec de l’eau du robinet et du savon n’est jamais interdite en cas de blessure, bien au contraire.
  • Les antibiotiques peuvent être dangereux car ils choisissent des microbes qui leur résistent.

Quand il s’agit de plaies et de guérison , les antibiotiques ne doivent être utilisés que dans certains cas, qui sont rares dans la pratique.

  • La nature est bien faite et nous guérissons le plus souvent, malgré le bandage. Il suffit de nous convaincre de nous déplacer dans le tiers monde et dans les milieux défavorisés.
  • Pas de bandage, aucun processus moderne accélère réellement la guérison.

Seule la chirurgie peut accélérer la cicatrisation d’une plaie, si nécessaire et si possible.

Exemple de cicatrices lors d’un lifting

Où sont placées les cicatrices du lifting ?

Comme avec toute intervention chirurgicale, il y a des cicatrices. Dans le cas d’un lifting, ils décrivent une courbe transitoire de chaque côté du visage :

  • Selon le cas dans le temple, dans les cheveux ou juste à la bordure des cheveux.
  • Devant l’oreille
  • Oreille arrière
  • Et dans les cheveux derrière l’oreille, vers le cou.

Y a-t-il cicatrices de lifting visibles ?

Ils sont généralement presque invisibles, ils sont méticuleusement cousus avec des points très fins

Comment se développe un lifting ?

Classiquement et généralement, les semaines et les premiers mois après la procédure sont présents :

Œdème (gonflement) du visage. Il peut être asymétrique. Il s’estompe dans les premières semaines.

Contusions (« ecchymoses ») du visage et du cou, souvent asymétriques. Ils peuvent durer quelques semaines.

Une sensation de tension désagréable du visage, en particulier le dos des oreilles.

Parfois, la douleur, qui est soulagée par de simples procédures analgésiques.

Une diminution fréquente de la sensibilité des joues et du cou due à des gestes chirurgicaux (pelage de la peau), qui peut durer plusieurs semaines ou mois.

Le résultat final du lifting ne devrait être apprécié qu’après 6 mois. Il est nécessaire d’attendre 12 mois pour terminer la finale pour évaluer l’apparence des cicatrices.

Consultations de contrôle après le lifting

Plusieurs consultations de surveillance sont effectuées : 1 mois, 3 mois, 6 mois et 1 an après l’intervention.