Maladie

3 maladies digestives et leurs solutions

Une personne sur cinq en France est concernée par les pathologies de l’appareil digestif. Ces dernières constituent d’ailleurs le premier motif d’hospitalisation. Les facteurs favorisant leur apparition peuvent être nombreux : l’âge, l’obésité, les agents infectieux, ou encore un mode de vie défavorable (mauvaise alimentation, consommation d’alcool, stress, toxicomanie). Parmi les maladies digestives courantes, on trouve le syndrome du côlon irritable, mais aussi la maladie de Crohn ou encore la maladie cœliaque. Qu’est-ce que c’est ? Quels sont les symptômes ? Des traitements sont-ils possibles ?

Reconnaître le syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable, ou SCI, est un trouble fréquent de l’intestin. Sa cause précise n’est encore pas connue, mais on considère qu’il est dû à une hyporéactivité (ou une hyperréactivité) du gros intestin et de l’intestin grêle.

Lire également : Pourquoi le sang devient noir ?

D’autres éléments peuvent également entrer en compte : excès de gaz, stress émotionnel, hormones féminines, prolifération des bactéries dans l’intestin grêle, utilisation de certains médicaments et de certains aliments (alcool, café, produits laitiers, nourritures grasses…).

Parmi les symptômes, on retrouve :

A lire également : Pourquoi une inflammation fait mal ?

  • le besoin urgent d’aller à la selle,
  • les flatulences,
  • une constipation ou de la diarrhée ou une alternance des deux,
  • des ballonnements,
  • des douleurs et des crampes abdominales.

Le traitement va consister à gérer les symptômes et à adapter l’alimentation. Des médicaments existent aussi pour ralentir la digestion ou pour favoriser la présence de bonnes bactéries.

Le SCI apparaît souvent à la vingtaine et ne pose pas de risque de cancer du côlon. S’il survient à la cinquantaine, il est recommandé de faire un examen médical de la partie inférieure de l’intestin. Cela permet de s’assurer qu’il ne s’agit ni de polypes, ni d’un cancer du côlon.

Vous pouvez trouver à titre informatif sur www.ddg-gastro.be, des explications plus pointues sur les maladies digestives et sur le dépistage du cancer du côlon.

Maladies digestives

Qu’est-ce que la maladie de Crohn ?

Il s’agit ni plus ni moins d’une maladie inflammatoire chronique du tube digestif. Elle peut toucher toutes les parties de ce dernier, allant de la bouche à l’anus. Elle passe par des poussées ou des crises et des phases de rémission.

Ses causes peuvent impliquer des facteurs génétiques, auto-immuns (comme la colite ulcéreuse) et environnementaux (mode de vie, exposition à certains antibiotiques, sédentarité, tabac, alimentation trop riche en mauvais gras, en viande et en sucre).

La maladie de Crohn se manifeste par des crises de douleurs abdominales et des diarrhées, qui peuvent durer plusieurs semaines ou plusieurs mois. En l’absence de traitements, une fatigue, une perte de poids et même une dénutrition peuvent survenir.

Le traitement de la maladie de Crohn se fait à l’aide de médicaments anti-inflammatoires et immunosuppresseurs visant à diminuer l’activité du système immunitaire. Un traitement en dehors de poussées permet de mieux contrôler la maladie et d’éviter les complications. Des mesures chirurgicales peuvent également être prises pour enlever la partie de l’intestin à l’origine des complications, traiter les abcès ou supprimer les fistules.

Focus sur la maladie cœliaque

On connaît généralement la maladie cœliaque sous le nom d’intolérance au gluten. C’est une pathologie courante en Europe, qui concerne aussi bien les enfants que les adultes. La maladie peut être diagnostiquée à tous les stades de la vie, mais habituellement à 20 et 40 ans.

Lorsque l’on est concerné, l’ingestion du gluten provoque une réaction inflammatoire, détruisant les villosités intestinales et causant des diarrhées et des malabsorptions. Le gluten provoque aussi une surproduction d’anticorps qui altèrent les fonctions intestinales.

Il existe une composante héréditaire ou une prédisposition génétique à la maladie cœliaque. Si un parent est touché, le risque d’avoir cette maladie est ainsi très élevé. Les causes précises ne sont en revanche pas encore connues.

Les symptômes sont nombreux :

  • perte d’appétit,
  • diarrhée chronique d’aspect huileux,
  • anémie,
  • ballonnements,
  • carences en vitamines,
  • œdèmes, voire des cas de stérilité.

Chez l’enfant, les symptômes peuvent être sévères, comme un retard de croissance.

Le diagnostic est étayé par des biopsies réalisées lors d’une endoscopie digestive haute des villosités, la recherche d’anticorps IgA particuliers, ou la recherche de carences vitaminiques (B9, B12, K, fer ou calcium).

À ce jour, la seule solution possible est d’écarter totalement le gluten de son alimentation, notamment les céréales comme le blé, le seigle ou l’orge. On peut également prescrire aux personnes atteintes, des compléments vitaminiques : vitamine B12 et B9 et du fer.

Source : https://www.em-consulte.com/article/869664/anatomie-physiologie-et-principales-pathologies-de