Actualité

Grand-parent décédé du COVID-9 : un deuil difficile, mais pas impossible à surmonter

Vous aurez probablement à faire face au décès d’au moins un grand-parent au cours de votre vie et, lorsque cela se produit, cela peut provoquer une douleur et un chagrin intenses. Bien que votre chagrin soit en fin de compte unique à vous et à la relation que vous aviez avec votre grand-parent, nous aborderons dans cet article quelques défis rencontrés lors du deuil suite à la perte d’un grand-parent et comment les surmonter.

Première expérience de mort ?

Selon les statistiques, il y a en moyenne plus de 47 ans entre un grand-parent et un petit-enfant. Avec une telle différence d’âge, beaucoup de gens vivent le décès d’un de leurs grands-parents durant l’enfance ou au début de l’âge adulte. Pour une grande partie de la population, il s’agit de la première expérience de mort. 

A lire également : Pourquoi se mettre au yoga ?

Faire l’expérience de la mort d’un être cher peut être déroutant et effrayant, surtout si c’est la première fois. Cela peut conduire à des questions sur la mort, les rituels liés à la mort et le deuil. Les obsèques et leur organisation sont de tout nouveaux événements qui font surface dans la vie de la personne. Aujourd’hui, on peut approfondir ses connaissances dans ce domaine grâce à l’organisation des obsèques 2.0. Pour ce type de préparatifs, tout se passe sur internet, ce qui facilite la familiarisation avec le processus post-mortem.

A voir aussi : Fuite de e-cigarette : Solutions

Bien que le deuil soit toujours individuel, l’âge peut influencer la compréhension et la réaction d’une personne face au décès d’un proche. Si vous vous inquiétez pour votre enfant ou un jeune adulte endeuillé, essayez d’être présent pour lui durant cette épreuve et apportez-lui les réponses qu’il cherche.

Les membres de la famille sont aussi en deuil

Le décès d’un membre de la famille peut avoir un impact sur l’ensemble des individus qui la composent. Le décès d’un grand-parent dû au COVID-19 est souvent ressenti très profondément par tous les membres de votre famille. Selon les circonstances, vous pouvez avoir l’impression de devoir donner la priorité aux besoins des autres membres de votre famille avant de vous occuper de votre propre chagrin et de votre bien-être.

Ceci n’est pas une mauvaise chose, car le partage du deuil en atténue la tristesse et aide à le dépasser rapidement. La nature humaine permet de donner et de recevoir plus de soutien et de réconfort en groupe qu’en solo.

Dans un monde idéal, toutes les familles devraient faire leur deuil ensemble, mais nous savons que ce n’est souvent pas le cas. En raison de l’intensité des émotions, des croyances, des malentendus et même des disputes, il peut être difficile pour vous et votre entourage de vous soutenir mutuellement.

Les gens peuvent minimiser votre perte

Après le décès d’un être cher, les gens souhaitent souvent partager leur douleur avec les autres et c’est peut-être votre cas. La personne décédée était importante pour vous, c’est pour cette raison que vous devez extérioriser votre chagrin. Mais lorsque quelqu’un minimise votre perte (ou ne sait pas comment s’y prendre pour vous réconforter) vous avez l’impression qu’il diminue l’importance de cette personne à vos yeux et vous prive de votre droit de ressentir de la douleur.

Les gens minimisent les pertes pour de nombreuses raisons :

  • Certains supposent que votre perte n’est pas importante ;
  • D’autres croient qu’il est normal que les grands-parents meurent les premiers à cause de leur âge avancé ;
  • Ils peuvent aussi porter des jugements fondés sur leur expérience subjective selon laquelle les grands-parents sont des parents éloignés et donc pas aussi importants ;
  • Il est aussi possible que vos proches se rendent compte de la douleur que vous éprouvez, mais ne trouvent pas les bons mots pour vous réconforter.

Si les gens aiment dire que les grands-parents finissent toujours par partir les premiers, ce n’est pas très utile en cas de deuil. En effet, le fait de rappeler l’âge d’une personne n’atténue en rien la douleur causée par son absence.

Personne ne se dit qu’il a passé assez de temps avec ses grands-parents, leur perte fait toujours réaliser à quel point c’est peu.

N’oubliez pas que votre chagrin est le reflet de votre relation unique avec vos grands-parents et de votre capacité individuelle à faire face à cette perte. Vous et vous seul savez à quel point vous souffrez et comment vous devez faire le deuil de cette perte.