Actualité

Quelle est la différence entre un rhume bb

  • Présentation
  • Les causes
  • Symptômes
  • Quand aller chez le médecin
  • complications
  • Diagnostic
  • Soins et remèdes
  • Prévention
  • Sources et bibliographie

Présentation

La rhinite vasomotrice, également appelée rhinite non allergique, est une pathologie caractérisée par la présence de

  • congestion nasale (nez bouché),
  • rhinorrhée (écoulement nasal),
  • éternuements récurrents

sans véritable cause apparente.

A voir aussi : Quelles règles de vie pour vos enfants ?

Les enfants et les adultes peuvent être touchés, bien que cela soit plus fréquent après l’âge de 20 ans.

Un diagnostic de rhinite vasomotrice est posé après l’exclusion d’une forme allergique, ce qui nécessite nécessairement des tests cutanés et des analyses de sang.

A voir aussi : Le chocolat est bon pour la santé !

La maladie n’expose pas à de graves risques pour la santé, mais elle peut être gênante et donc avoir un impact sur la qualité de vie du patient ; il n’y a pas de remède définitif, donc le traitement vise exclusivement la prise en charge des symptômes et leur prévention.

iStock.com/MarsBars

Les causes

La cause exacte de l’apparition du trouble est inconnue, mais chez les patients, il est possible de détecter une dilatation des vaisseaux sanguins nasaux entraînant une accumulation de sang et de liquides, responsables de l’inflammation de la membrane muqueuse.

Au lieu de cela, de nombreux facteurs ont été identifiés qui peuvent déclencher l’apparition des symptômes :

  • irritants environnementaux ou professionnels :
    • poussière,
    • le smog,
    • tabagisme passif,
    • arômes intenses,
    • produits chimiques liés à l’exposition professionnelle,
  • changements climatiques :
    • changements brusques de température ou d’humidité,
  • nourriture ou boisson :
    • plats chauds ou épicés,
    • consommation excessive de boissons alcoolisées,
  • certains médicaments :
    • aspirine,
    • ibuprofène,
    • inhibiteurs de l’ECA,
    • les bêta-bloquants,
    • antidépresseurs,
    • les contraceptifs oraux,
    • médicaments utilisés pour traiter la dysfonction érectile,
    • utilisation excessive de sprays nasaux décongestionnants,
  • changements hormonaux :
    • grossesse,
    • menstruations,
    • hypothyroïdie,
  • autres maladies :
    • apnée obstructive du sommeil,
    • reflux gastro-œsophagien,

Symptômes

La rhinite vasomotrice se caractérise généralement par une persistance des symptômes tout au long de l’année ; parmi les plus courants, on se souvient :

  • congestion nasale (nez bouché)
  • rhinorrhée (écoulement nasal)
  • éternuements répétés
  • catarrhe dans la gorge
  • toux
  • anosmie (perte de la capacité de percevoir les odeurs)

Il est important de noter que, contrairement à la forme allergique, patient ne se plaint pas de démangeaisons dans le nez, les yeux ou la gorge.

Dans de rares cas, le développement de croûtes à l’intérieur du nez est finalement observé, ce qui peut devenir la cause d’une odeur désagréable ou d’un saignement (au cas où vous essayez de les enlever).

Quand aller chez le médecin

Il est conseillé de consulter un médecin dans le cas où les signes et symptômes :

  • ne sont pas soulagés par des remèdes naturels ou des médicaments en vente libre,
  • sont graves, invalidants ou ont tendance à s’aggraver.

complications

Les complications possibles de la rhinite vasomotrice comprennent :

  • Polypes nasaux : ce sont des excroissances molles, non cancéreuses (bénignes) qui se développent dans la muqueuse nasale ou au niveau des sinus en raison d’une inflammation chronique. Les petits polypes ne causent généralement pas de problèmes, mais les plus gros peuvent bloquer la circulation de l’air par le nez, ce qui rend la respiration difficile.
  • Sinusite : la Une congestion nasale prolongée due à une rhinite vasomotrice peut augmenter le risque de développer une inflammation des sinus paranasaux.
  • Infections de l’oreille moyenne : secondaires à une congestion nasale accrue et à une augmentation du débit
  • Troubles du sommeil (en raison de la congestion nasale, la qualité du repos nocturne peut être affectée, entraînant le développement de la fatigue et de l’irritabilité pendant la journée).
  • Perturbations des activités de la vie quotidienne.

Diagnostic

La rhinite vasomotrice est généralement diagnostiquée sur la base des symptômes et après avoir exclu d’autres causes possibles, y compris les allergies. Un historique médical correct est donc essentiel, suivi d’un examen physique minutieux.

Diagnostic différentiel

Dans de nombreux cas, les symptômes de la rhinite sont liés à la présence d’allergies, qui sont diagnostiquées à l’aide de tests d’allergie, basés sur :

  • test peau (test par piqûre) : sur la peau, au niveau de l’avant-bras interne, sont placées plusieurs gouttes constituées de substances étrangères (allergènes), notamment des plantes, du latex, des acariens, des aliments,… Par la suite, au moyen de petites aiguilles stériles, ils sont poussés dans les couches superficielles du derme. Le test est considéré comme positif pour un allergène donné si, après 15 à 20 minutes, un papule rougeâtre et irritant d’un diamètre supérieur à 3 mm se développe. S’il n’y a pas d’allergie, la peau paraîtra normale.
  • Analyses sanguines : en mesurant des anticorps spécifiques dans la circulation sanguine, en particulier les IgE.

Dans certains cas, il peut être nécessaire d’éliminer les problèmes des sinus paranasaux, tels qu’une déviation de la cloison nasale ou la présence de polypes, en :

  • endoscopie nasale : un test peu invasif et indolore qui peut être réalisé dans le cabinet du médecin à l’aide d’un instrument (endoscope),
  • CT : réservé aux cas de particules, lorsqu’ils ne le sont pas des anomalies ont été constatées lors de l’examen endoscopique.

Soins et remèdes

Le traitement de la rhinite vasomotrice dépend de la sévérité de la symptomatologie ; pour les formes légères , il suffit souvent d’éviter les facteurs déclencheurs et d’effectuer des lavages nasaux avec une solution saline, afin de favoriser une fluidification du mucus et de réduire l’inflammation.

Pour des symptômes plus importants, il est possible de recourir à certains médicaments qui peuvent apporter un soulagement, notamment :

  • sprays nasaux corticostéroïdes, par example à base de fluticasone ou de triamcinolone,
  • sprays nasaux antihistaminiques (alors que les antihistaminiques oraux ne semblent pas être bénéfiques en cas de rhinite non allergique, les sprays nasaux contenant un antihistaminique peuvent réduire les symptômes),
  • sprays nasaux anticholinergiques (le plus utilisé est à base d’ipratropium, un principe actif souvent utilisé pour l’asthme),
  • sprays décongestionnants (réduction de la congestion nasal).

Notez que les sprays décongestionnants, bien que extrêmement efficaces, doivent être limités à une utilisation ne dépassant pas 5 à 6 jours, car ils sont liés au développement possible de complications et à l’aggravation des symptômes ; l’utilisation de sprays à la cortisone ne pose pas de problèmes majeurs même à long terme, en raison du fait que l’absorption systémique est presque nulle (et n’expose donc pas le patient au risque d’effets secondaires typiques de la cortisone).

Dans le cas où le problème provient d’une déviation de la cloison nasale ou de la persistance de polypes, il est plutôt nécessaire de recourir à la chirurgie.

Prévention

À ce jour, il n’est pas possible de prévenir le développement de la rhinite vasomotrice, mais il est possible d’adopter différents comportements qui peuvent réduire l’impact des symptômes sur la vie quotidienne :

  • identifier les substances qui peuvent aggraver les symptômes et éviter consommation/contact,
  • boire beaucoup de liquide peut fluidifier l’excès de mucus et aider les sinus dans l’action de drainage,
  • humidifiez l’air des pièces dans lesquelles vous séjournez,
  • effectuer des lavages nasaux périodiques avec de l’eau physiologique,
  • ne pas fumer et éviter la fumée secondaire,
  • évitez l’alcool et la caféine,
  • maintenir l’air humide (l’air sec irrite le nez et la gorge, ce qui entraîne la formation d’une plus grande quantité de mucus),
  • ne pas abuser des décongestionnants nasaux (l’utilisation de ces médicaments pendant plusieurs jours peut aggraver les symptômes).

Sources et bibliographie

  • Rhinite non allergique — Mayo Clinic
  • Rhinite non allergique — WebMD
  • Rhinite non allergique — AAAA
  • Rhinite chronique non allergique — American Family Physician

Par le Dr Francesco Netto, chirurgien