Quelles règles de vie pour vos enfants ?

Il est de retour à l’école, et c’est une excellente occasion de faire le point sur les règles que nous demandons à nos enfants de suivre. En tant que parent, nous nous demandons souvent : comment fixer des limites à mes enfants et, surtout, comment les faire obéir, adhérer à ces règles ? Devrions-nous les punir ? Si oui, comment ? Sinon, de quoi remplacer la punition ? Dans cet article, je vous donne mon point en tant que conseiller spécialisé dans le rôle parental, et quelques conseils pour aller de l’avant dans votre propre pensée.

Lire également : La pyjama party des 8 ans

Établir des règles et des limites est sain pour le développement des enfants… même dans l’éducation positive !

Quand nous parlons de limites dans l’éducation aujourd’hui, nous sommes nerveux : nous aimerions pouvoir nous en passer et nous espérons qu’en suivant son désir naturel de coopération, notre enfant n’a pas besoin de limites. Cependant, l’instinct de coopération a… des limites précises ! En fait, les humains sont motivés par leur désir naturel de collaborer, mais aussi par ledoivent répondre à leurs besoins physiologiques fondamentaux (boire, manger, dormir…) et psychologiques (besoin de sécurité émotionnelle, besoin de tendresse, besoin d’amour, besoin de partage, besoin de liberté…). Tout le monde, petits et grands, nous connaissons ces besoins, mais pas toujours en même temps. Dès que deux personnes sont présentes, il y a un risque de conflit entre les besoins de l’autre (par exemple : vous devez dormir pendant que l’un de vos enfants a besoin de votre attention/vous avez besoin de tendresse et votre conjoint russe comme une sonnerie, etc.).

C’ est pourquoi chaque groupe établit des règles pour pouvoir vivre ensemble harmonieusement. La vraie question n’est donc pas de savoir si des règles doivent être établies ou non. Les vraies questions sont plutôt :

A découvrir également : Anniversaire princesse avec chasse au trésor - 6 ans

  • Quelles règles définir ?
  • Comment définir des règles ?
  • Que devrait-il se passer lorsque les règles ne viennent pasrespectés ? Ce dernier point sera traité dans un autre article parce qu’il s’agit d’un argument à part entière.

Choisir vos batailles en tant que parent : distinguer les règles négociables et non négociables

Ne tapez pas, ne criez pas, ne dites pas de mauvais mots, brossez-vous les dents après les repas, lavez-vous les mains avant d’aller à la table, dites bonjour, au revoir, remercier/pardon, manger 5 portions de fruits et légumes à la journée, ne mangez pas de bonbons à 18h00, donnez votre main pour traverser la rue, ne courez pas, ne le faites pas, ne le faites pas, ne… La vie des enfants est pleine de règles ! Trop de règles finissent par tuer la règle  ! C’est pourquoi je vous propose de commander et de hiérarchiser toutes ces règles :

  • D’ une part, les principes de base et les valeurs de votre famille qui ne changent pas et guident votre organisation générale. Ne pas crier, dactylographier, insulter, etc. tombe généralement dans cette catégorieparce qu’elle répond au besoin de respect et de sécurité. C’est ce que nous verrons dans le reste de cet article.
  • D’ autre part, les règles de fonctionnement telles que la courtoisie, l’hygiène, la sécurité routière, l’équilibre alimentaire, etc. Ces règles de fonctionnement répondent également aux besoins, mais ne représentent pas des valeurs. Selon la situation, on peut s’en écarter. Ils peuvent alors être négociables. Par exemple, vous vous brossez généralement les dents avant d’aller au lit. Mais si vous rendez à la maison à minuit d’un repas familial et emmenez les enfants endormis de la voiture à leur lit, vous pouvez envisager de faire une exception (sauf si vous êtes dentiste peut-être፦)).

Définir des règles ou des limites pour vos enfants signifie définir un cadre défini par vos valeurs et les besoins de chacun . C’est votre rôle de parent. Bien que les enfants peuvent contribuer (car cela renforcera leur adhésion aux règles !) ,AUT vous êtes les garants de ce cadre, qui a une fonction de protection pour tous les membres de votre petite communauté familiale.

Concrètement, comment définir une image saine et claire pour vos enfants ?

Une fois que vous avez clarifié ces distinctions, voici une procédure pour établir ou mettre à jour vos règles. Je vous suggère de faire cet exercice avec votre conjoint , si possible, il sera encore plus fructueux :

  1. Commencez par écrire, en gros, toutes les règles que vous avez du mal à appliquer au quotidien de vos chérubins.
  2. Pour chaque règle, écrivez pourquoi cela est important pour vous .
  3. Divisez toutes ces règles en principes (non négociables) et en règles de fonctionnement (négociables).
  4. Rassemblez vos principes dans une seule liste distincte et demandez-vous quel est le besoin pour chacun d’eux de répondre : définissez labesoin le plus important protégé par toute règle et l’écrire en noir et blanc.
  5. Choisissez vos 3 ou 5 principes les plus importants et laissez les autres de côté pour le moment de toute façon (rappelez-vous : trop de règles tuent la règle !).

Comment faire respecter les règles par les enfants ?

Une fois que les principes fondamentaux sont identifiés par la procédure ci-dessus, la question de l’obéissance reste un point sensible pour de nombreux parents… et beaucoup d’enfants ! Or, pour maximiser les chances de conformité avec une règle, il y a quelques règles ( !) à suivre au moment de son élaboration. Les voici :

  1. Les règles doivent satisfaire à un besoin légitime (respect, liberté, repos…) et donc ne pas être arbitraires : elles sont établies dans l’intérêt de tous les membres de la communauté.
  2. Les règles devraient s’appliquer à toute la famille, y compris les parents (c’est pourquoi je vous conseille de ne pasinsérer vos règles « allons au lit à 20h »…). En effet, les enfants apprennent d’abord par l’exemple . Donc, c’est votre comportement qui sera le levier le plus puissant pour vos enfants d’incorporer les règles de la vie communautaire (crier « ne crie pas » est le plus… crier 🙂 — Je sais de quoi je parle !).
  3. Les règles doivent êtreexplicites et explicites  : le plus souvent, les règles de la vie nous semblent si évidentes que nous ne les écrivons pas (exemple : « il est interdit de taper »), nous les répétons quand il y a un problème… mais au cas où, intervenons trop tard pour que les règles soient respectées ! Les règles d’écriture et de visualisation vous permettent de les présenter et de les expliquer aux enfants en dehors du conflit et au moment opportun.
  4. Règles devraient prendre en compte le stade de maturité des enfants  : « ne criez pas » deviendra « parler d’une petite voix », « ne pas courir » deviendra « dans la maisonpromenades ». Cela signifie également la planification des lieux et des temps de fonctionnement, car les dépenses sont un besoin essentiel pour les enfants. Au fur et à mesure que l’enfant apprend avec des preuves, il faudra d’abord prendre quelques minutes chaque matin pour répéter ces règles avec eux jusqu’à ce qu’elles soient intégrées. Et, bien sûr, rappelez-leur quand ils ne sont pas respectés (et pourquoi ne pas pratiquer la résolution de problèmes avec eux lorsque des conflits se reproduisent). Plus les enfants sont jeunes, plus le nombre de règles sera limité pour aider à les respecter.
  5. maximisation de la participation des enfants à l’établissement des règles renforcera leur appartenance. Même si ce sont les parents qui décident des règles à la fin, selon leur âge, les enfants peuvent s’impliquer en leur demandant de les dessiner ou en leur demandant leur avis s’ils sont plus âgés. On pourrait dire qu’ils ont une voix consultative La . Rappelez-vous que plus vous les écoutez attentivement, plus il estprobablement ils vous écoutent attentivement aussi፦).

J’ ai essayé tout cela avant, mais mes enfants ne m’obéissent pas !

Ces quelques conseils ne sont pas une baguette magique qui éliminera instantanément tout conflit ou rébellion, mais ils vous permettront de définir et de maintenir votre parcours pendant toute la durée : là, ils veulent plus de 20 ans pour qu’un humain devienne adulte. Il est normal que ce long chemin n’est pas droit, il est normal que les règles évoluent et, surtout, il est normal que parfois vous deviez vous recharger . Définir ou redéfinir vos règles de vie aura un effet protecteur contre l’épuisement parental, donc je vous encourage à prendre le stylo maintenant. Et, bien sûr, si vous trouvez que c’est difficile, ou si vous êtes hors de force, n’hésitez pas à demander le soutien professionnel approprié.