Comment savoir si on a une mutuelle ?

Les non-employés ont toujours le choix de ne pas souscrire à une mutuelle. Mais avec la chute des remboursements du « Secu », il est préférable d’en prendre un ! Comment faire le choix le plus économique possible avec des services efficaces et complets ?

Les années passent, le fameux « trou de la sécurité » continue de s’élargir, les prestations d’assurance maladie continuent de diminuer. Ce désengagement s’accompagne d’une augmentation du taux de consultation (la consultation d’un généraliste est maintenant de 25€) et d’autres procédures médicales, d’une déréglementation massive de nombreux médicaments, etc. Le ticket d’utilisateur, c’est-à-dire le montant que vous devez sortir de votre poche après déduction de les remboursements, ne s’applique pas est de ne pas prendre un estomac et peut parfois nuire à un budget déjà serré, au point qu’il n’affecte pas la nécessité de consulter un mais plutôt sur la possibilité financière de le faire.

A lire en complément : Où trouver des lectines ?

Pour couvrir les frais non remboursés, vous devez adhérer à un supplément. Vous devez cotiser chaque mois pour rejoindre une organisation qui couvrira entièrement ou partiellement le ticket d’utilisateur, c’est-à-dire ce qui reste aux frais du patient après le remboursement de la Sécurité Sociale. Cette adhésion peut être individuelle ou collective, sous forme d’entreprise mutuelle, obligatoire depuis 2016 pour les salariés.

Ce service est assuré par trois types d’organisations : les compagnies d’assurance, les instituts de pension et les mutuelles, souvent professionnelles ou interprofessionnelles, régies par le Code mutuel et donc sans but lucratif.

A lire en complément : Comment faire Deglutir une personne âgée ?

Il n’y a pas de bon ou de mauvais réciproque. Ils préféreraient être des formules adaptées ou non à vos besoins. Posez-vous les bonnes questions avant tout choix. Par exemple, portez-vous des lunettes ?

Il est nécessaire d’opter pour un soin mutuel qui paie bien les coûts de l’optique. Avez-vous identifié des problèmes dentaires ?

Ensuite, choisissez une formule qui rembourse ce type de frais, souvent coûteux ailleurs. Avez-vous la santé du fer ? Jamais malade ?

Regardez dans les propositions pour le contrat d’entrée de gamme qui ne prendra le relais qu’en cas de succès dur.

Si vous avez une santé fragile, choisissez une formule très généreuse qui comprend des plafonds de remboursement élevés, des conseils gratuits en prévention et d’autres avantages.

La plupart des assureurs et des mutuelles ont assimilé cette diversité de besoins. Pour faciliter la tâche de leurs futurs clients, ils offrent pour une meilleure lisibilité, une gamme multi-étages ou une variété de « profils », allant du plus économique au plus protecteur.Étudiez sous la loupe votre accord mutuel actuel

Regardez votre couverture actuelle et posez-vous les bonnes questions. Votre contrat est-il adapté à vos besoins en matière de santé ? Vos contributions sont-elles devenues trop élevées ? Avez-vous besoin d’une couverture plus large à titre préventif ?

Maintenant que vous avez définé vos besoins en matière de santé, il vous sera beaucoup plus facile de diagnostiquer votre contrat actuel.

Tout d’abord, vous devriez être intéressé par le prix. Votre contrat actuel est-il au bon prix, en particulier par rapport à votre niveau de couverture ?

N’hésitez pas à comparer les coûts des autres mutuelles (généralement disponibles en ligne) pour vous donner une idée juste de la valeur de votre protection.Garanties essentielles : points clés à vérifier

Méfiez-vous des différences de présentation entre les différentes mutuelles, y compris le vocabulaire utilisé. Certains suppléments expriment le niveau de remboursement en pourcentage du tarif de base de la sécurité sociale, y compris ou non – ce qui, en fin de compte, peut donner un remboursement moins élevé. Les contrats de base commencent de 100% du tarif de la sécurité sociale à des remboursements plus attrayants allant jusqu’à 200%, voire 300% du tarif SS, tandis que d’autres offrent une somme forfaitaire (50€, 200 euros).

Choisir le niveau de soins est important en fonction des professionnels de la santé que vous consultez (avec accord ou frais excédentaires). Lorsque la base de remboursement de la sécurité sociale est très faible (prothèses dentaires, lunettes), un pourcentage impressionnant peut en fait correspondre à un remboursement très modeste.

Si vous n’avez pas le temps ou le désir d’être intéressé par les moindres détails du contrat, vous aurez déjà une bonne idée du niveau de protection proposé en examinant les éléments de remboursement les plus essentiels d’une santé complémentaire, à savoir :

Hospitalisation, médecine urbaine, optique, soins dentaires

Si votre âge et votre situation familiale sont des critères clés à prendre en considération. Une jeune personne active seule pourra se contenter d’une mutuelle minimaliste, tandis qu’un couple avec des enfants fera des économies en optant pour une mutuelle familiale. Après la retraite, enfin, la souscription d’une mutuelle « senior » répondra mieux à vos besoins et vous offrira un meilleur rapport qualité-prix. Cependant, prenez le temps de jeter un oeil à la composante « prévention » qui peut vous offrir de nombreux services tels que des projections gratuites, une séance gratuite de médecine alternative par an, etc.Est-ce que le remboursement est-il rapide ?

Les coûts de santé peuvent parfois alourdir un budget très rapidement. Il est donc important d’examiner la rapidité à laquelle votre mutuel vous rembourse les coûts que vous avez avancés pour concourir sur ce critère aussi.Une autre question très importante à poser : votre mutuel pratique-t-elle le tiers payeur, c’est-à-dire l’avance sur frais ?

Vous aviez probablement déjà une question à poser à votre organisation mutuelle. Le service client était-il disponible ? A-t-il été en mesure de répondre efficacement à vos attentes ? Comment comparer les différentes formules proposées

Il y a autant de contrats mutuels différents que de profils assurés. Nous vous conseillons donc de vous renseigner avant de souscrire et de comparer les différentes formules proposées, selon vos besoins et dans la perspective de votre accord mutuel actuel.

Avant un nouvel abonnement, pensez également à quel fonds commun de placement offre les frais de dépôt les plus bas ? Quelle mutuelle fait une offre promotionnelle ?

Comparer les mutuelles en un clin d’œil, rien de plus facile ! Utilisez un comparateur de la santé mutuelle sur Internet. (Plusieurs sites libres existent qui comparent les tarifs et les garanties de la principale santé mutuelle). Consultez également les avis de l’assuré sur leur mutuelle d’assurance. Ils témoignent de leurs différentes expériences avec leurs assureurs, de sorte que vous pouvez faire votre propre opinion, et avoir une idée finale de la meilleure mutuelle dont vous avez besoin.Après avoir défini vos priorités (optique, dentaire, assurance hospitalière), le comparateur vous proposera un tableau récapitulatif des formules offrant les plus complètes ou les moins chères avantages, triant automatiquement parmi des dizaines ou même des centaines de formules. Demandez sur la santé de votre Mutuel

Une fois que vous avez choisi un mutuel, vous avez une dernière étape avant l’abonnement : Renseignez-vous sur l’orga-nisme en question.

Commencez par vérifier les nouvelles sur la mutuelle association de votre choix : est-ce plutôt positif ? Regardez ensuite sa santé financière : parlons-nous de licenciements massifs, de rachat d’entreprises, etc. ?

Vérifiez également si l’organisation mutuelle est enregistrée auprès de l’Organisation pour le Registre des intermédiaires d’assurance (ORIAS). L’inscription à ce registre est obligatoire pour toute compagnie d’assurance afin de pouvoir exercer l’activité d’intermédiation d’assurance en France. C’est à vous de savoir si votre future mutuelle est habilitée à pratiquer leur travail. Sous quel nom est-il enregistré auprès de l’ORIAS ? L’intérêt mutuel que vous souhaitez souscrire est spécialisé ou l’assurance n’est-elle pas pratiquée uniquement comme accessoire ? En général, méfiez-vous des organisations non spécialisées dans l’assurance… Vous pouvez également le consulter sur le site Internet de la FFSA (Fédération Française des Compagnies d’Assurances) ou du GEMA (Groupement des Entreprises Mutuelles d’Assurances).

Maintenant, vous avez toutes les cartes dans votre main pour choisir la meilleure mu-tuelle ! Avec ou sans payer une tierce partie ?

Certains fonds communs de placement ont pour principe de vous rembourser a posteriori, par virement sur votre compte bancaire, tandis que d’autres caisses vous dispenseront du moindre centime de la partie « mu-tuelle » en cas de consultation ou d’achat de médicaments auprès de partenaires professionnels de la santé. C’est le défi de la tierce partie qui paie. Si vous êtes attaché au tiers payeur, n’oubliez pas de vérifier ce point avant de vous abonner à votre nouveau supplément santé. Gardez à l’esprit, cependant, que les mutuelles sans payer des tiers sont en moyenne un peu moins cher, car elles encouragent moins de surconsommation de soins et supportent des charges d’exploitation.Contrat responsable ou non responsable ?

La notion de « contrat responsable » est centrale dans le domaine de la santé complémentaire en France, et il est important de vérifier que le contrat de votre choix inclut ce label. Le but d’un contrat de villégiature est de fournir au moins protection à chaque assuré sans les dépouiller. Ces fonds communs de placement sont réglementés plus strictement que d’autres par règlement et conviennent de se conformer à un « panier de soins » par les autorités publiques et comprenant des minimums et/ou des maximums de remboursement. A l’inverse, les contrats non responsables peuvent comporter des prestations plus généreuses (remboursement de la cotisation forfaitaire en cas de consultation d’un médecin, paiement de dépassements d’honoraires sans limite…) mais bénéficier d’une échelle moins favorable. En conséquence, ne représentant que 5 -10% du marché, ces derniers sont généralement plus chers.

Délai d’attente, délai de remboursement, questionnaire sanitaire…

Le montant d’une garantie ne fait pas tout : il est toujours nécessaire de vérifier les conditions de sa mise en œuvre ! Ainsi, certaines assurances et mutuelles n’hésitent pas à prévoir dans le contrat une « période d’attente », c’est-à-dire une période pendant laquelle vous ne serez pas encore en mesure pour réclamer la totalité ou une partie des prestations. Un délai d’attente de six mois, par exemple, implique qu’une garantie ne sera active qu’après six mois après votre adhésion à la mutuelle.

Échappez autant que possible aux assureurs qui vous imposent les informations d’un travailleur de santé inquisiteur, qui n’a d’autre but que de justifier une contribution ou la suppression pure et simple de certaines garanties. En outre, préférez un orga-nisme qui s’engage à vous rembourser dans tous les cas dans un certain délai (un mois, deux mois).

Selon l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), notre système de santé est considéré comme l’un des systèmes de soins de santé les plus performants au monde. Cependant, selon l’adage bien connu, si la santé est inestimable, elle a un coût ! Afin d’absorber au mieux le fameux « trou du Secu », les gouvernements succuus ont récemment tendance à transférer une partie du remboursement aux mutuelles. Et cette tendance va malheureusement augmenter dans les prochaines années avec le vieillissement de po-pulation. Plus de raison d’être très attentif dans le choix de cette assurance maladie devenue obligatoire !

Pour trouver une santé mutuelle adaptée à votre profil, vous devrez d’abord définir vos propres critères.

  • Quel est votre profil de santé ?
  • Combien de personnes veux-tu couvrir ?
  • Quel est votre budget ?

Tant de questions à vous poser pour définir la formule mutuelle qui vous convient.